Explication de 'Omdat Al-Ahkâm de Cheykh Al-Bassâm رحمه الله

Publié le par abou 'abdiLAHi

بسم الله الرحمن الرحيم

 http://www.iu.edu.sa/edu/mutawasit/tai1_1.htm








Le Livre de la purification

Le premier Hadîth:

Le Commandeur des Croyants, Aboû Hafs Omar ben El-Kattâb
:rar: a dit: J`ai entendu l'Envoyé D'Allah  :saws: dire:

« Les actions ne valent que par leurs intentions. Chacun ne sera récompensé que selon ce qu'il a entendu de faire. Celui qui a accompli l'émigration vers Allâh et Son Envoyé, alors son émigration est vers Allah et Son Envoyé. Celui qui l'a accomplie pour obtenir quelque bien en ce bas monde, ou pour épouser une femme, son émigration lui sera comptée selon ce qu'il recherchait alors ».

[ Rapporté par Boukhari et Mouslim ]

 

Les termes difficilles à comprendre dans le récit :




1_
Dans : «  إنما الأعمال بالنيات» qui signifie « Les actions (ne valent) que par leurs intentions», le terme [  إنما ] indique qu'il y a une restriction, et ici on limite ce qui est décrit (c'est à dire les oeuvres) à une seule caractéristique (c'est à dire qu'elles sont considérée en fonction de leurs intentions), et c'est l'affirmation du jugement des oeuvres en fonction de leurs intentions. C'est alors aussi fort que :                                            

«
ما الأعمال إلا بالنيات » qui signifie « Les oeuvres ne sont (valables) si ce n'est par leurs intentions», et cela nie tout autre jugement que celui-ci.

 

2_  « النية » au sens linguistique signifie : l'intention, ce terme a été mentionné au singulier dans la plupart des versions. Al-Baydâwy a dit : « l'intention est l'expression de la précipitation du coeur vers ce qu'il voit être en concordence avec un objectif, comme rapporter un bien ou écarter un mal ». Fin de citation.

Au sens religieux : C'est la résolution à faire l'acte d'adoration pour se rapprocher d'Allah تعالى .

 

3_  «Celui qui a accompli l'émigration ...» , ceci est un exemple qui  établit et éclairecit la règle précédente.

 

4_  «Celui qui a accompli l'émigration », ceci est une phrase contitionnelle.

 

5_  «alors son émigration est vers Allah et  Son Envoyé», ceci est ce qui résulte de la condition. La condition et ce qui en résulte sont une seule et même chose car il y a un sous entendu qui est : « Celui qui a accompli - sicèrement et par désire- l'émigration vers Allâh et Son Envoyé, alors -en récompense- son émigration est vers Allah et Son Envoyé ».

 



Le sens globale :




C'est un récit grandiose et une règle importante parmis les principes fondamentaux de l'islâm, elle est ce qui permet d'estimer de façon correcte les oeuvres sous le rapport de leur validité ou invalidité, et de leur abontante rétribution ou de leur faible rétribution.

Le prophète a informé que les intentions sont ce sur quoi les oeuvres reposent, si l'intention est bonne et que l'oeuvre est sincère pour Allah alors l'oeuvre sera acceptée, dans le cas contraire l'oeuvre sera rejetée, «Car certes Allah est celui qui se passe le plus d'avoir un associé». Puis il cita l'emmigration comme exemple qui éclairecit cette règle importante. Donc celui qui émmigre d'un pays de mécréance, en recherchant la récompense d'Allah, la proximité du prophète et l'apprentissage de la législation, alors son émmigration est dans le sentier d'Allah qui le récompensera. Et celui dont l'émigration se fait en vue d'un but mondain, alors il n'aura pas de récompense pour celle-ci, et si elle se fait en vue d'accomplir une désobéissance alors il aura le chatiment.

L'intention fait la distincion entre l'acte d'adoration et les choses habituelles. Par exemple :Le lavage à travers lequel on veut ôter l'état d'impureté majeur sera une adoration, et il est possible que l'on veuille à travers celui-ci se raffraichir, ce sera alors un acte habituelle.

 

Il y a deux recherches faites concernant l'intention dans la législation :

Une d'entre elles traite : La sincérité envers Allah seul à travers les actes, et ceci est le sens le plus haut. Ce sont les savants dans le domaine de l'unicité (التوحيد), des moeurs et du comportement qui parlent de cela.

La deuxième traite       : La distinction faite entre les actes d'adorations en les séparant les uns des autres, et ce sont les juristconsultes qui parlent de cela.

 

Ceci fait parti des récits prophètiques qui englobent beaucoup de sens en peu de mots, et auxquels il faut accorder une grande attention en essayant de les comprendre, par concéquent, écrire peu ne donne pas son droit à ce récit . L'imam Al-Bokhary -qu'Allah lui fasse miséricorde- avait commencé son authentique par celui-ci car il rentre dans chaques sujets de la science et dans chacun de ses chapitres.

 

Ce que l'on tire du récit prophètique :



1_
Les actes reposent sur leurs intentions, pour être correctes, invalides, parfaits, imparfaits, obéissance ou désobéissance, donc celui qui désire à travers son acte qu'on le voit alors il commet un péché. Celui qui ne désire  à travers le Jihad -par exemple- qu'élever la parole d'Allah,  uniquement, alors sa récompense est complète. Celui qui désire avec ça le butin, sa récompense sera alors amoindrie, et celui qui ne désire que le butin, uniquement, ne commet pas de péché, mais il n'aura pas la récompense du Mojâhid. Ce récit prophétique est cité pour montrer que chaque oeuvre, qu'elle soit un acte d'obéissance ou de désobéissance en apparence, varie selon les intentions.



2_
L'intention est une condition de base dans les actes, sans pour autant exagérer dans sa préparation d'une façon qui nuirait à l'adorateur dans son acte de dévotion. Le simple fait de vouloir faire l'acte est  une intension pour celui-ci, sans exagérer dans sa préparation et sa réalisation.



3_
La place de l'intention est le coeur, et la prononcer est une innovation.



4_
Il faut prendre garde à l'ostentation, au fait de vouloir que l'on entende ce que l'on fait, et d'oeuvrer pour la vie mondaine, à partitr du moment ou un élément parmis ceux-ci annulerait l'acte d'adoration.



5_
Il faut faire attention aux actes du coeur et les surveiller.



6_
L'émigration des terres d'associationisme vers les terres d'islam fait parti des meilleurs actes d'adoration, lorsque l'on désire à travers celle-ci la face d'Allah تعالى .

 



Profit :




Bin Rajab a mentionné que les actes fait pour autre qu'Allah sont de plusieurs sortes :

Parfois, c'est de l'ostentation pur, un acte à travers lequel on ne désire rien d'autre que d'être vu par les créatures afin d'atteindre un but mondain. Ceci ne peut presque pas provenir d'un croyant, et il ne fait aucun doute que cela annule l'oeuvre et que son auteur mérite l'opprobre d'Allah et le châtiment.

Parfois l'acte est pour Allah et il s'associe à lui de l'ostentation. Si lassociation se fait à la base de cet acte, alors les textes authentiques prouvent qu'il est nul, et si l'acte est à la base pour Allah, et qu'ensuite le désir d'être vu surgit alors que son auteur repousse ce désir, ceci n'est pas nuisible sans aucune divergence.

Les savants parmi les prédécesseurs ont divergé lorsque l'ostentation qui a surgi persiste :

Est ce qu'elle annule l'oeuvre, ou elle ne nuit pas à son auteur qui est récompensé en fonction de la base de son intention?... Fin de citaion.



 

Publié dans َAhâdîth Al-Ahkâm

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article